A la rencontre…d’un photographe

Je ne serai jamais photographe professionnelle.

Ceci n’est pas une révélation, c’est juste la conclusion de mon premier « entretien réseau ». Ca tombe bien, ça n’a jamais été une vocation pour moi. En revanche, c’est celle de Malto que j’ai été visiter aujourd’hui à son studio.

Bravant ma peur d’aller « à la rencontre de… » pour réaliser des entretiens sur des métiers qui pourraient m’inspirer, j’ai sonné chez lui à 15h45 précises.

Raide, je me sentais raide. Avec ma feuille de questions au bout des doigts. J’enchaînais, scolaire… « décris-moi une journée-type », « quelles erreurs as-tu commises », « quelles qualités faut-il pour ce métier »… Il n’avait pas visiblement pas l’habitude de parler de lui de cette manière. Et ne devait pas vraiment comprendre le sens de cet entretien. Remarquez, moi non plus! C’est pas comme si je voulais être photographe, et c’est pas comme si c’était un métier de feignasse qui ne se pratiquerait que 3 jours bien circonscrits dans la semaine ! (mon rêve du moment)

Mais il fallait bien que je commence quelque part. Et c’est une belle passion.

Thierry Malty, de son vrai nom, est autodidacte. Il a toujours voulu être photographe. Ses débuts, il les a faits à 25 ans grâce à des amis antiquaires. D’une antiquité à l’autre, il s’est constitué un book et s’est spécialisé dans l’objet d’art. Avant d’élargir à la décoration, la mode, la gastronomie. Souvent du très beau, du luxe. Son quotidien, c’est studio (qu’il a installé à domicile), reportage in situ, post-production (sur 2000 photos, il en retient 30-40) et prospection commerciale. Ses clients sont des entreprises et il aime se mettre à leur écoute et partager leurs projets : il dit qu’il est un « artisan ». Un bon artisan, ça a un prix : entre 1500 et 3000 euros par jour. Son « art », il l’exerce à côté, sur des séries plus personnelles qu’il expose chez lui ou dans des galeries. Il aimerait développer davantage ce dernier aspect… Quand il m’a parlé de photos sur lesquelles il aimerait mettre du texte. Qu’il cherchait un auteur… je me suis vue le faire ; mais je n’ai pas osé lui dire.

Ce que je retiens de cet entretien :

☾ la liberté de disposer de son emploi du temps (ok ça c’est facile)

☾ travailler à la fois sur des projets commerciaux d’un côté, et artistique pour soi d’un autre

☾ dès qu’on me parle « écriture », je frémis (on m’appelle?)

Et vous, qu’est-ce qui vous fait rêver le métier de photographe ?

✗ Pour voir le travail de Malto : http://www.malty-photographe.com/

✗ J’adore ces danseuses qui se prennent pour des luminaires : http://www.malty-photographe.com/bodygraphy

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.