A la rencontre…d’une ergonome

J’ai rencontré l’ergonome.

Celle dont le métier sonne comme « escargot ». Sauf que c’est le seul trait commun entre les deux.

« Ergonome », ça vient du grec ancien « Ergon » (travail) et « Nomos » (loi, règles). Ce que l’on peut traduire par la science du travail, ou comment adapter au mieux le travail à l’homme.

Comment ADAPTER LE TRAVAIL à l’homme ? Mais c’est exactement ma recherche du moment ! Comment mon travail peut s’adapter à mes envies et mes besoins. Hein, comment?!

Géraldine ne peut pas répondre à ma question… Elle est « ergonome INFORMATIQUE », spécialisée dans les logiciels. Son métier, c’est d’étudier la manière dont les gens utilisent les logiciels ou applications, et rendre cette utilisation plus fluide ou efficace. Concrètement, si tu cliques en haut à droite sur le site internet de ta Mairie, c’est parce qu’une ergonome s’est rendue compte que c’était plus facile ! Waouh, il existe des métiers insoupçonnés.

Géraldine est une drôle de fille. Et une fille drôle aussi. Avec ses cheveux courts, son sourire banane et son franc-parler. Un peu rock en fait. Comment s’est-elle retrouvée à faire ce nouveau métier?

Le hasard… elle a fait de la biologie au départ. Puis un DESS de communication scientifique et de veille industrielle. Par esprit d’aventure, elle s’est lancée dans un projet de site internet il y a 15 ans. Et pouf, on l’a recrutée pour être « ergonome ». Aujourd’hui, il existe des formations, mais à l’époque, elle a dû tout inventer sur le tas.

Un projet pour un ergonome, c’est… commencer par OBSERVER LES GENS, où ils cliquent, pourquoi ils interrompent leur navigation, quand est-ce qu’ils lèvent la tête, PERDUS… Après elle dessine et redessine l’agencement du site. Et elle teste son projet. Elle ajuste, teste, ré-ajuste, re-teste. C’est bon ? FIN.

Ce qui l’épanouit là-dedans Géraldine ? Les RENCONTRES. Des manipulateurs de palettes dans une usine russe, les hôtesses d’une compagnie aérienne, des conducteurs de train… Elle m’affirme qu’on peut « se retrouver en arrêt maladie à cause d’une application » mal fichue. Son métier a du sens, il rend service à des utilisateurs qui souffrent. Je me revois en train de hurler en m’arrachant les cheveux un à un, face à mon ordinateur récalcitrant. Alors je la crois.

Pour que je visualise encore plus concrètement son métier, elle me propose de faire une expérience de « shadowing ». Keskécé ? Je la suis pendant toute une journée d’activité. Mais oui Géraldine, je serai donc « l’ombre de ton ombre et l’ombre de ta main » à notre prochain rendez-vous (pour « l’ombre de ton chien », je ne suis pas sûre, laisse-moi réfléchir) !

✗ Formations en ergonomie : http://www.cidj.com/article-metier/ergonome-web

Mike Monteiro est un « designer ergonome » délicieusement provoc’, une référence pour Géraldine

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *