ACRE, ou comment lancer son activité

Aujourd’hui, j’ai rendez-vous à Créteil.

C’est le grand casting des participants à la prochaine session de l’ACRE. C’est quoi donc ? Un Accompagnement à la Création ou à la Reprise d’Entreprise… Vous ne voyez pas plus ? En gros, un expert te forme et t’aide à lancer ton activité, que tu veuilles être freelance ou reprendre une société du CAC 40.

C’est ma conseillère Pôle Emploi qui m’en a chanté les louanges (cf épisode précédent), et comme je crois tout ce qu’elle me dit… me voilà en train de fouler les trottoirs fendus de Créteil pour défendre ma candidature. L’AFPA, qui propose cette formation, ne retient que 20% des postulants. Vais-je être prise ? SUSPENS !

Sur le chemin, quelques peaux de banane ici et là.

Un candidat particulièrement coriace essaierait-il de se débarrasser de la concurrence ? J’évite la glissade de peu… Il ne m’aura pas comme ça le scélérat.

14h : j’arrive pile à l’heure. Tous les candidats sont réunis dans une grande salle. On se regarde à la dérobée, personne ne pipe mot. Michèle de l’AFPA attend son collègue pour nous exposer le déroulé. Tic tac, on entend la grande horloge cliqueter dans l’assourdissant silence.

Puis, François-Xavier (le collègue) fait son entrée. Soulagement général.

Il commence par un petit jeu, le rigolo : « Combien d’entreprises en France à votre avis ? » Réponse d’un candidat audacieux : « heu… beaucoup ? ». En effet. on en compte 3,1 millions. « Et combien de créations par an ? » Le même candidat nous refait la blague : « heu… beaucoup aussi ? ». « Environ 500.000 » nous annonce FX sans se démonter… « Et le taux d’échec au bout de 5 ans est de 50% »… Douche froide.

SAUF, quand vous êtes bien accompagnés ! Habile introduction, nous sommes tous accrochés.

Il expose le programme de l’ACRE, un accompagnement entièrement pris en charge par le Conseil Régional. Rien à débourser.

D’abord, 5 semaines de « cours » à temps plein. 35 heures par semaine, de 8h30 à 17h. (Je pâlis. 8h30 tous les matins, à CRETEIL ?! Super bouh !). Tous les aspects de la création d’entreprise sont passés en revue : étude de marché, phase financière, structure juridique.

Puis, 8 rendez-vous de 2 heures pour peaufiner son projet personnel avec le conseiller-formateur de l’AFPA.

Il faut être MO-TI-VE, c’est un EN-GA-GE-MENT, nous martèle FX.

D’ailleurs, pour évaluer notre taux de motivation sur une échelle de 1 à 100, il va nous recevoir un par un pour un court entretien en face à face.

On m’appelle, je transpire un peu de la moustache. Ca fait longtemps que je ne me suis pas retrouvée dans cette posture.

Face à FX, je mets le paquet. Mon projet de devenir une « créatrice de contenus » lui plaît ENORMEMENT. Il dit tout de go « alors ça, c’est GENIAL ». Le pire, c’est qu’il a l’air vraiment convaincu. « Et vous habitez où ? » me demande-t-il ? Ma voix intérieure me souffle « quel rapport avec la choucroute ? », mais je lui réponds poliment. Et là, il est DECU, mais alors HYPER DECU. Il va devoir m’envoyer au centre de Paris, et ne pourra pas assurer lui-même mon suivi. Trop chou.

Paris ? Un centre à PARIS ? Ma respiration qui s’était coupée en découvrant les horaires et le centre de Créteil se remet en marche.

Début des hostilités en avril. Si je suis retenue, hein mon FiXou ?

Et vous, avez-vous déjà pensé à lancer votre activité ?

✗ Pour en savoir plus sur le parcours « création d’entreprise » proposé par l’AFPA, c’est .

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Un commentaire

  1. […] en termes simples, comment faire pour travailler à son compte). Souvenez-vous, j’ai passé le casting il y a peu… et ils ont dit : « on ne prend que 2 postulants sur […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.