A la rencontre…d’un consultant informatique

Aujourd’hui, je déjeune avec un consultant en informatique.

La coach pro m’a dit de cibler LARGE pour mes rencontres avec des professionnels…Le moins qu’on puisse dire, c’est que je le suis. Large. Bienvenue dans la 4ème dimension, celle des développeurs, des ingénieurs, des architectes du 2.0. Je me rends au rendez-vous avec la légère appréhension de celle qui débarque en Chine, et qui ne connaît pas un mot de mandarin…

Que diable allais-je faire dans cette galère ?…pourrait-on légitimement se demander.

C’est simple. Je me suis dit, l’informatique, ça se travaille de n’importe où, non? Y compris de mon salon? Puis, je connais le garçon puisque je lui changeais ses couches quand il était bébé…Quelque part, il m’est redevable de nombreux cacas décollés à la lingette. Enfin, sa boîte a été élue plusieurs années de suite « Great Place to Work »…Le meilleur endroit où travailler ! Forcément, ça m’intrigue.

Je retrouve donc le jeune consultant dans un bistrot parisien près de son bureau. Il n’a plus de couches, il a de la barbe.

Aujourd’hui, il est « delivery manager ». C’est-à-dire qu’il gère de gros projets informatiques, qui pèsent parfois des millions (il est où le bébé??), et manage une équipe de 10 personnes au minimum. Il est responsable du produit délivré et de sa qualité, tout ça en faisant progresser les gens de son équipe et en tenant les cordons du budget. En ce moment, c’est la refonte du site service-public.fr qui l’occupe.

J’avale un morceau de raie au câpres,…de travers. Je ne suis plus tout à fait sûre de pouvoir faire ce métier de mon salon, une tisane-gingembre à la main. C’est du costaud.

Il travaille BEAUCOUP. 8h-20h, au bureau. Comme il est responsable de son équipe, si celle-ci est mal « sizée » au départ (pas assez de monde) ou si elle contient des jean-foutre, c’est à lui de COMPENSER. J’acquiesce les larmes aux yeux, « ah oui, ça c’est horrrible hein!? »

Et qu’est-ce qui fait que son entreprise est un endroit où il fait si bon vivre? C’est une culture visiblement. Ils sont organisés en « tribus », à l’intérieur desquelles ils s’entraident. 20% du temps des consultants est consacré aux autres. Ils ont pleins d’outils méthodologiques pour faciliter le travail des collaborateurs, et répondre aux problèmes humains dès qu’ils se posent. En avalant mon dernier haricot vert, je me dis que je suis vieille…la vie tribale ne me fait plus rêver.

Il doit sentir mon imperméabilité derrière mon sourire de façade… Alors, au moment du café, il lance : « mais toi, vu ton profil (comprendre « pas informaticienne »), tu devrais rencontrer mon ergonome ! Elle est hyper géniale, hyper sympa et hyper forte ». Ergonome ? J’aime bien ce mot, ça me fait penser à un petit escargot. Je dis Bingo ! Donne-moi donc son numéro !

Et vous, ça vous parle les « great places to work » ?

✗ Si vous êtes informaticien (vraiment) et si vous aimez les « great places to work », c’est ici que ça se passe : http://www.octo.com/fr

✗ Si vous cherchez des « great places to work », ils sont tous

✗ Pour le plaisir, allez faire un tour sur le site du service public, c’est beaucoup plus beau, plus ergonomique, plus pratique (big up babyMax) : https://www.service-public.fr/

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *