MeetUp : l’art de négocier

T’es freelance ? Tu ne sais pas négocier ?

Viens prendre ta leçon !

 C’est ce que propose le nouveau MeetUp organisé par Girlz in Web. L’association des expertes du numérique. Déjà bluffée par leur précédente conférence sur Youtube (cf cet épisode-là : élargir son réseau grâce aux MeetUp), je bloque mon mercredi soir. Deux heures, entre 19h30 et 21h30, pour aller écouter les « tips & tricks » sur l’art de la négociation, par Célina Barahona. Elle sait de quoi elle parle, elle bosse en indépendante depuis 5 ans, sur la stratégie de marque. Sa petite boîte s’appelle SoCult.

Les plâtres, elle les a essuyés.

Elle a bien l’intention de nous booster le cocotier pour qu’on sache se valoriser.

Elle commence son évangélisation :

« Pas de confiance, que des contrats ».

On ne la lui fait pas, on ne la lui fait PLUS. Elle s’est peut-être faite avoir par la bonne bouille d’un client ? Mais ça c’était avant. Maintenant, elle borde ses Conditions Générales de Vente, qui font office de contrat. Les conditions de paiement, les pénalités de retard, la possibilité de citer le client ensuite pour faire sa propre communication… TOUT, absolument tout, est écrit.

Nous, les apprenties-entrepreneuses, commençons à gratter ses recommandations sur nos cahiers bien propres.

Voyant que son auditoire est à la fois encore frais et concentré, Célina aborde le douloureux sujet du…

« COMBIEN je facture ? »

Et là, j’apprends qu’on ne fait pas que mouiller son doigt et le lever en l’air… Non, non ! On prend sa calculette, même si ça fait mal à la tête, et on applique des règles.

Célina est DI-DA-CTIQUE.

Vous êtes prêts ?

C’est parti !

Mettons que si tu étais salariée pour ce boulot, tu toucherais 3000€ bruts par mois.

Ca ferait donc 4500€ bruts / an pour l’employeur, soit 54K€ bruts / an. Si on considère que l’on travaille 220 jours dans l’année (oui, n’oublie pas, il y a les week-end et tout), ce moment équivaut donc à 245,45€ bruts par jour pour l’entreprise. Ce à quoi s’ajoute les charges car dans ta boîte, tu allumes la lumière, utilises des fournitures, le téléphone, …sans compter le nombre de chasses d’eau que tu tires. Donc mettons que tu coûtes 354,45€ bruts par jour à l’employeur.

C’est donc ton « tarif jour » en tant qu’indépendante ?

NOooooN, malheureuse !

Il faut que tu y ajoutes, le temps passé sans projet, celui passé à prospecter et celui que tu consacres à l’administratif. Et encore le client a de la chance, tu ne lui factures pas ton temps de glande sur Facebook.

Ca donne quoi tes tarifs avec ces 3 temps en plus ?

Le double, en gros. 500 à 700€ par jour. C’est le prix de ta FLEXIBILITE.

On se regarde toutes avec l’air de se dire : ça paraît rationnel. Mais le client ? Il va accepter cette FABULEUSE démonstration à base de : tu le vois le tarif là, ben tu le vois plus, et hop… il s’est transformé en belle colombe toute blanche ?

Célina la baronne a un sourire en coin.

A chaque objection du client, elle a prévu une réplique.

Elle déroule pour nous…

Déjà, elle nous le certifie, « moins le client paie, plus il sera relou ». #expérience

A l’invective « vous êtes trop cher », elle rétorque par :

L’enquête > « Par rapport à qui ? A quoi ? » Et si le client lui parle d’un prestataire qui propose moins cher, elle lui demande pourquoi il ne le prend pas, alors !? Et en général, c’est parce que le travail sera moins bien réalisé, héhé.

L’humour > « c’est ce que je dis chaque mois à mon propriétaire ! »

La démonstration mathématique > salaire + coût de la flexibilité = prix du marché. Okaaay?

La séduction commerciale > oui…/…mais je travaille au forfait, et mon temps ne vous sera pas compté. #smile

Et surtout, NE PAS LÂCHER trop vite. Si tu lâches, le client se dit dans sa ptite tête de pioche : « en fait, tu m’as niqué ».

Confiance, les filles, confiance en soi !

Pour marteler son propos, Célina tape sur son poitrail en assénant « J’suis une boss ou j’suis pas une boss ? »

Je commence à me sentir galvanisée par ses propos.

Célina nous livre encore pleins d’autres « tips & tricks », très concrets. Je note tout, bien décidée à les apprendre par coeur, pour les tester en vie réelle.

Je sors de là gonflée à bloc. Plus question de s’excuser d’avoir l’outrecuidance d’oser demander à être payée des clopinettes. C’est vrai ça quoi, on est des boss ou on n’est pas des boss ?!

Et vous, quelles sont vos « tips & tricks » pour négocier ?

✗ Voici le lien vers cette Master class de Girlz in web > l’art de la négociation freelance « Tips & Tricks »

✗ Pour en savoir plus sur la super boss Célina Barahona, co-fondatrice de Girlz in web et créatrice de SoCult > ce court portrait sur la chaîne Youtube de « Without Model »

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

2 Comments

    • madoremifa
      30 mai 2016
      Reply

      Ouh la la, j’adooore que tu me dises ça ! 😉 Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.