Mon grand-père… l’historien d’art

Noël 2015.

Mon oncle, qui ressemble de plus en plus à Marlon Brando dans le Parrain, tapote sur son verre de Monbazillac pour demander le silence. Toute la famille s’arrête de mâcher son foie gras pour l’écouter.

« Je me suis rendu à Nice, au musée Matisse, pour voir l’exposition en hommage à Ted… »

Ted, c’est mon grand-père. GASTON DIEHL de son vrai nom.

« …je VEUX que tous autour de cette table, vous descendiez la voir. Elle se termine le 2 mars : vous avez deux mois ! »

Fin de l’injonction. Vito Corleone a parlé.

Comme on souhaite tous rester en VIE, on y est allé le week-end dernier.

Que faisait cet aïeul pour mériter une exposition-hommage ?

Il était historien d’art, journaliste et cinéaste. La majeure partie de son temps, il l’a passée à promouvoir des artistes-peintres dont il admirait le travail. Ce fut le cas pour Matisse, qu’il rencontre en 1942 pour la première fois, dans le cadre d’une interview pour le journal culturel Comoedia. Gaston décide quelques années plus tard de rédiger la biographie du maître. Il s’ensuit une correspondance abondante entre les 2 hommes pour caler le récit.

Ce sont ces lettres qui se retrouvent exposées à Nice.

On y lit les infimes pincettes que prend mon grand-père pour parler au grand homme, le flatter et ne surtout pas le froisser.

On y découvre la pudeur d’un Matisse qui demande à ce que soit retiré de la biographie tout ce qui se rapporte à son histoire familiale, pour n’évoquer que son parcours artistique.

On y devine les soucis d’argent, de santé, le respect mutuel.

Emouvant ! Fascinant !

Dans l’avion qui nous ramène à Paris, je me demande…

Quelle est l’influence de ce grand-père sur mes choix de « carrière » ?

(je choisis ce mot parce qu’il rime avec grand-père, mais ce n’est pas le plus adapté!)

Il y a une réelle filiation entre mes centres d’intérêts professionnels et le parcours de Ted. L’audiovisuel, la culture, le journalisme, l’écriture… Dois-je y voir un signe ? Peut-être qu’il est temps pour moi aussi d’écrire une biographie ?

Ensuite, l’avion a traversé des turbulences : deux masses d’air contraires lancées à 120km/heure. Alors je ne me suis plus rien demandé du tout, j’ai juste eu envie de vomir. Tout en punissant mentalement le pilote ET la météo.

Et vous, vos choix professionnels sont-ils influencés par ceux de vos aïeux ?

✗ Plus d’infos sur l’exposition : « Un biographe de Matisse : Gaston Diehl »

✗ Dans son livre « Bien choisir son métier » (Eyrolles), Marie Auberger propose entre autres, de réfléchir à son héritage (p.47)

 

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.