J’ai reçu une proposition de mission

Elle est arrivée hier sur mon mail, LA proposition. Celle qui n’existe que dans les films, celle qu’on ne peut pas refuser.

C’est Didier qui me l’envoie, l’homme du dîner improvisé (si vous avez loupé le coche, vous pouvez le rattraper ici). Son projet de musée familial, il aimerait que je le développe avec lui. Il me laisse libre, en freelance. Et il a même dégagé un BUDGET pour se payer mes talents.

On commence sur 3 mois, et si ça nous plaît. On continue.

Ca a l’air, juste parfait, non ?

Comme un coucher de soleil sur la baie d’Halong.

Comme un bain dans les eaux islandaises du Blue Lagoon.

 ET POURTANT.

Qu’est-ce que j’ai peur !

Je regarde la proposition. Je la fixe droit dans les yeux pour tenter de maîtriser cette trouille qui se diffuse dans mes membres. Elle s’en fout complètement, elle reste là, sans bouger d’un pouce. Tranquille.

C’est quoi le problème ? Simple : si on me paie, il va falloir que je travaille. POUR DE VRAI. Que je fournisse du résultat. Je ne pourrai pas me contenter d’un petit mail d’information par ci, par là. Entre deux séances de cinoche, et un peu de jardinage de balcon.

Et s’il s’agit de PLUSIEURS MILLIERS D’EUROS par mois ? Il faudra en plus que je sois un tantinet brillante dans mes propos. Voire efficace.

Moonwalk. Rétropédalage. Système de freinage enclenché.

J’ouvre un document Word. Vierge. Et commence à rédiger ma PROPRE proposition. « Cher Dider, je te remercie chaleureusement pour ton offre… » Non, ne vous inquiétez pas, je ne décline pas. J’aménage.

Et hop, je me fixe des objectifs raisonnables, avec une liste de rendus concrets. Une réunion toutes les semaines, un rapport de 30 pages sur les secrets de production d’une exposition, 10 entretiens avec des professionnels du musée… Ouf ! Ca va déjà mieux.

Puis j’attaque le nerf de la guerre : les sous. Filet de transpiration sur ma tempe droite.

 « Didier mon ami, mon frère…je te propose que tu me paies chaque fin de mois sur la base de ce que j’aurais VERITABLEMENT fourni ».

 Quelqu’un avait besoin d’illustrer l’expression « se tirer une balle dans le pied » ? Voilà. C’est fait.

Je suis bonne pour aller voir un spécialiste du syndrome « surtout-ne-me-payez-pas-ça-me-fait-peur ».

Et pour être sûre, sûre de ne pas avancer trop vite (#MoonwalkForever), je termine mon mail par « et si on signait cet accord après le 23 mai ? »

Car pour le moment, la planète Mercure est rétrograde. C’est une configuration planétaire peu propice aux nouvelles affaires. Dixit mon beau-frère, astrologue. Et si ça peut me permettre de gagner du temps, je le crois !

Et vous, avez-vous déjà flippé devant une belle opportunité ?

✗ Si vous êtes comme moi atteint(e) du syndrome de l’imposteur, je vous recommande de regarder l’excellente Amy Cuddy (en conférence TedX ou en vidéos Youtube) : « Vaincre le complexe de l’imposteur »

✗ Vous voulez en savoir plus sur Mercure rétrograde (et vous parlez anglais) : vous pouvez lire ce qu’en dit Susan Miller, LA référence américaine en astro > « Mercury retrograde and what it means for You »

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

2 Comments

  1. 12 mai 2016
    Reply

    Bravo pour cette très belle nouvelle. Mais effectivement, tu as de quoi flipper quand c’est la première mission ! C’est dingue quand même ce syndrome de l’imposteur, hein ?! Au fait, je réseaute dans des groupes désormais et tu m’autoriserais à parler de ton blog ? Très belle route à toi !

    • madoremifa
      12 mai 2016
      Reply

      Merci Cécile!! Tu sais, c’est étrange, mais je crois aussi que j’ai été submergée par l’émotion. Qu’après plusieurs semaines de collaboration, quelqu’un soit prêt à mettre un budget sur la table pour que je continue de collaborer à son projet : cette reconnaissance m’émeut beaucoup. Je crois qu’au-delà de la peur, je pourrais en pleurer de gratitude 😉 Bref, la vie quoi !! Bien sûr que tu peux parler de mon blog, c’est super gentil : gratitude aussi ! Tu réseautes dans quels groupes ? (#curiosité)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *