A la rencontre…d’un producteur de documentaires

A l’issue d’un dîner chez une amie commune, il m’envoie un mot sur Messenger : « voyons-nous quand tu veux » assorti de son numéro en 06.

Lui, c’est Olivier. Il est producteur de documentaires.

Je suis admirative de son travail, alors je l’appelle…15 jours plus tard pour éviter l’effet « morte de faim ». Et lui propose un déjeuner.

Il cale le restau : un petit bistrot tradition française près de ses bureaux vers Batignolles. Je lis et relis le menu, le temps pour lui d’arriver avec un peu de retard.

Il est grand, flamboyant, parle beaucoup et développe cent idées à la seconde.

Je suis petite, menue, à l’écoute et prends le temps d’analyser avant de m’élancer.

Il est Bélier, je suis Balance. 2 signes opposés sur la roue zodiacale.

Dès le début, ma réserve naturelle doit lui paraître suspecte. Il a envie de m’aider, comme si j’étais un petit oisillon perdu. Il me parle de l’association ACTE, qui propose des bilans de compétences de grande qualité. Cela aurait même changé la vie d’une de ses ex-copines. Ne pas s’arrêter à leur démarche catho, me dit-il…ils sont très forts en reclassement.

Je commande un os à moelle en entrée, et lui annonce tout de go que le bilan de compétences pour moi, c’est fait.

Qu’il me parle plutôt de ses projets !

J’ai appuyé sur le bon bouton : il s’enflamme immédiatement.

Telle une torche en plein vent, il égraine … un concept d’émission politique en direct pour Canal+, un très gros appel d’offre pour la chaîne Planète, un documentaire sur l’amour pour lequel il a rencontré les musiciennes de sa vie. Les sujets, les rencontres, la passion. Ca me fait envie.

Mais pendant ce temps-là, je me débats avec 2 os à moelle d’une livre chacun. Qui a dit un jour « le gras, c’est la vie ? » que je lui fasse manger la chose molle… !

Je propose à Olivier de prendre un peu de mon plat, il ne se fait pas prier. Il a TELLEMENT envie de m’aider, ça se sent.

Débarrassée de mon fardeau graisseux, je reprends du poil de la bête : « tu sais Olivier, je fais genre…mais je sais exactement ce que je souhaite faire ».

Je profite de ce qu’il ait la bouche pleine pour me placer : travailler en indépendante, l’aider à développer des projets documentaires.

GLOUPS. La moelle glisse tout rond dans son oesophage.

Lui : « tu sais faire ? »

Moi : « oui bien sûr » (enfin…là, je croise les doigts derrière mon dos en signe d’espérance)(pourvu que je « sache faire »).

Il ne s’attendait pas à ça je crois. L’idée commence à infuser dans son cerveau. Il me regarde, me jauge, m’évalue. Le petit oisillon s’est transformé en paon qui se pavane. Alors, prendra ? Prendra pas ?

On verra si Olivier a VRAIMENT envie de m’aider.

Et vous, avez-vous déjà réussi à vous placer au cours d’un déjeuner ?

✗ Pour ceux qui auraient envie de « changer de vie » et voudraient tenter le bilan de compétences de l’association Acte.

✗ A tous les amateurs d’Os à Moelle généreux : bistrot parisien Le Coin.

✗ Les 10 conseils pour faire bonne figure lors d’un repas professionnel, par le Journal du Net. Instructif !

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *