Si je ne connais personne?

Je couche sur papier la liste de mes contacts…les compte et les recompte… les tourne et les retourne. Je dois me rendre à l’évidence, il n’y a pas d’aromathérapeute dedans. Ni de près, ni de loin.

Alors comment fait-on?

Si je veux rencontrer un professionnel de l’aroma dans le cadre de mes entretiens réseaux, je jette une bouteille à la mer? je me penche à mon balcon et crie au vent « qui connaît un aromathérapeute-peute-eute? »

Comme à chaque fois que je suis bloquée, je me mets à traîner sur internet.

Ca me détend, ça passe le temps.

Je lis ma sélection de blogs, tous bien rangés dans Feedly, pour ne louper aucun article.

Et là, merci Dieu de la Synchronie, je tombe sur les Remèdes naturels contre l’angoisse de la blogueuse Mango&Salt. Avec des huiles essentielles dedans. Je remonte tous ses posts consacrés au sujet, et boum. Un bon article sur l’olfactothérapie, par une spécialiste du sujet.

Pourquoi je n’écrirais pas à cette experte?

« Bonjour, nous ne nous connaissons pas (encore), mais j’ai déjà BEAUCOUP entendu parler de vous » Commencer par flatter l’inconnue.

« J’aimerais prendre rendez-vous avec vous pour une consultation personnalisée sur les huiles essentielles…quels sont vos tarifs? » Si je veux connaître son activité, autant expérimenter comment ça se passe !

« D’autre part, j’envisage une reconversion professionnelle…A ce titre, accepteriez-vous de me consacrer un petit moment pour que je vous pose des questions sur votre métier? » J’OSE !

Ting, ting. Vous avez un nouveau message.

Sa réponse est IMMEDIATE.

Elle est d’accord, et ravie. Pour TOUT. Je plane…avant de me fracasser très vite sur le sol. C’est 95€ la première consultation de « prise de contact », puis 80€ les suivantes…Ca va me faire cher l’exploration d’une piste professionnelle.

Au point où j’en suis, j’ose le tout pour le tout : « je vais juste prendre l’option café, avec un échange – gratuit – autour de votre pratique… » J’ai l’impression d’être entrée dans un restaurant gastronomique, de m’être assise à table, d’avoir détaillé le menu…avant de commander une carafe d’eau et une corbeille de pain!

La femme, sûrement détendue par les huiles de lavande et de bigaradier, se fera « un plaisir de me rencontrer le 17 décembre ».

C’est Noël, c’est cadeau.

Et vous, avez-vous déjà contacté un(e) inconnu(e) via internet pour le simple plaisir de le rencontrer? (si on exclut Tinder)

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.