Valoriser (à tous prix) son boulot

Quand je lui ai parlé de mon projet de me lancer en Freelance, Jérôme a immédiatement rétorqué « FA-CTU-RA-TION ».

Jérôme, c’est le Roi du Business.

C’est aussi le Chef des anciens élèves de mon DESS audiovisuel (cf épisode précédent).

C’est encore une sorte de Grand Sage qui vous reçoit et vous donne des conseils sur votre vie professionnelle pour le plaisir de vous savoir heureux.

L’homme gère plusieurs sociétés en même temps, envisage de créer une nouvelle start-up, entretient 10 conversations à la fois sur Messenger, enchaîne les rendez-vous comme on enfile des perles sur un collier…ET POURTANT. Quand vous êtes dans son bureau, le temps s’arrête. Il est hyper concentré, et vous êtes le seul et unique sujet qui compte. Et là, ce qui compte pour lui, c’est que je me sache me faire PAYER.

D’abord, il commence par me convaincre de ma valeur :

« La somme de ton expérience VAUT quelque chose ».

Répète après moi !

Ok Jérôme. Je suis de l’or en barre.

Ensuite, si je travaille pour quelqu’un…même si c’est pour un essai, même si c’est sur un projet qui démarre et n’a pas encore de budget, même si je ne suis pas sûre de moi…

« Il faut que je valorise mon investissement personnel ».

Je répète ?

Ok Jérôme. Je valorise. Mais comment ?

Là, il prend son paperboard et m’explique :

par de la monnaie sonnante et trébuchante. Le tarif d’un consultant, c’est entre 800 et 1200€ par jour. Mettons que l’on puisse descendre à 500-600 euros (pas moins) et monter à 1500-1800€ (difficilement plus). Donc à chaque fois que je travaille 8 heures sur un projet, cling cling, les pièces doivent tomber dans mon porte-monnaie.

– si l’activité ne génère pas d’argent au début, je dois QUAND MEME valoriser ma prestation. Sous forme de reconnaissance de dette, de parts dans le projet, d’échange de notoriété. Bref, un truc. Et ne pas oublier de le formaliser en amont par un mail, ou un mini-contrat, qui recevra l’accord de mon partenaire in business. « Tu ne peux pas travailler gratuitement contre RIEN, même pour mettre un pied dans la porte. Compris ? »

Yes, Sir !

Maintenant, Jérôme entreprend d’enfoncer le clou :

« Tout ce qui est gratuit…ne vaut RIEN ! »

On répète ensemble ??

Oui, oui. Gratuit = Rien. Nada. Queue de chie.

« C’est psychologique », m’explique-t-il, « si le partenaire ne veut rien donner en échange, c’est qu’une relation professionnelle ne peut pas s’établir. Que le travail n’est pas VA-LO-RI-SE. Alors, ça ne vaut pas le coup, on passe son chemin ».

Jérôme a terminé. Il est satisfait, et me fait le coup du « Give me five » avant de me laisser repartir sur les grands chemins.

Sa jolie pouliche est prête à récupérer des oeufs d’or.

(Oui, la jolie pouliche, c’est moi. Et alors? C’est mon blog, je dis ce que je veux)

Et vous, ça vous est déjà arrivé de travailler gratuitement pour amorcer une activité ?

✗ Pour aller plus loin, vous pouvez lire (comme moi) les 7 règles d’or pour bien débuter en tant que consultant ou Freelance (Conseilsmarketing.com) et/ou Apprendre à négocier avec ses clients quand on est Freelance (par le réseau Hopwork.fr)

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

4 Comments

    • madoremifa
      3 mai 2016
      Reply

      Ce serait tellement plus simple…;) Mais oui, nous sommes d’accord, on facture !!
      Une question : je suis bluffée, quel outil avez-vous utilisé pour détecter mon lien vers votre article ?

    • madoremifa
      12 février 2018
      Reply

      C’est donc ça 😉
      Merci beaucoup Caroline pour l’info !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *